Le Lablab purpureus (L.) Sweet (haricot indien) est une légumineuse importante cultivée dans les régions arides et semi-arides de l’Inde. C’est l’une des espèces de légumineuses les plus cultivées et a de multiples utilisations. Lors d’une enquête de septembre 2010, nous avons enregistré une nouvelle maladie des taches foliaires sur L. purpureus dans et autour du district de Mysore (État du Karnataka) avec une incidence de la maladie de 40 à 80% sur 130 ha de grandes cultures étudiées, ce qui représentait une perte de rendement estimée de 20 à 35%. Les symptômes sont apparus sous forme de petites taches nécrotiques sur la surface supérieure des feuilles. Les taches foliaires étaient persistantes sous une infection légère tout au long de la saison avec production de conidies en grappes à la surface des feuilles abaxiales. Un champignon duétéromycète a été isolé à partir de tissus foliaires affectés qui ont été stérilisés en surface avec une solution de NaOCl2 à 2 %, puis lavés trois fois, séchés, inoculés sur du milieu gélose dextrose de pomme de terre (PDA) et incubés à 28 ± 2 ° C à 12 h de période alternée de lumière et d’obscurité pendant 7 jours. La colonie fongique avec des mycéliums aériens entrecoupés de sporodochies sombres en forme de coussin se compose de conidiophores courts et compacts portant de grandes conidies isodiamétriques, solitaires, muricées, brunes, globuleuses à en forme de poire (29,43 à 23,92 µm). L’isolat fongique a été identifié comme Epicoccum sp. basé sur des caractéristiques micro-morphologiques et culturelles (1). Une autre authenticité du champignon a été confirmée par une amplification par PCR de la région de l’espaceur transcrit interne (ITS) à l’aide de l’amorce universelle ITS1/ITS4. Le produit de PCR amplifié a été purifié, séquencé directement, et la recherche de BLASTn a révélé une homologie à 100% avec Epicoccum nigrum Link. (DQ093668.1 et JX914480.1). Une séquence représentative d’E. nigrum a été déposée à GenBank (No d’adhésion. KC568289.1). Le champignon isolé a ensuite été testé pour sa pathogénicité sur des plants sains de L. purpureus âgés de 30 jours dans des conditions de serre. Une suspension conidienne (106 conidies/ml) a été appliquée sous forme de pulvérisation foliaire (trois répliques de 15 plantes chacune) avec des témoins appropriés. Les plantes ont été maintenues sous une humidité élevée (80%) pendant 5 jours et à température ambiante (28 ± 2°C). L’apparition de symptômes de taches foliaires a été observée 25 jours après l’inoculation. De plus, l’agent pathogène a été ré-isolé et confirmé par des caractéristiques micro-morphologiques. On a signalé que l’E. nigrum cause la pourriture du cantaloup après la récolte en Oklahoma (2). Il a également été signalé comme endophyte (3). Aucune occurrence en tant qu’agent pathogène sur le haricot lablab n’a été signalée auparavant. À notre connaissance, il s’agit du premier rapport de l’apparition d’E. nigrum sur L. purpureus en Inde, causant la maladie des taches foliaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.