Structure et fonction

En général, les informations sensorielles entrantes du visage se déplacent d’abord vers le ganglion du trijumeau, puis vers les noyaux du trijumeau, tandis que les informations motrices sont transmises directement au visage à partir du noyau moteur. À l’exception des fibres se projetant vers le noyau mésencéphalique, les fibres sensorielles de V1, V2 et V3 voyagent le long des axones des neurones pseudounipolaires jusqu’à leurs corps cellulaires dans le ganglion trijumeau. Les fibres afférentes de ce neurone pénètrent ensuite dans le tronc cérébral au milieu des pons et se dirigent vers le noyau sensoriel principal / principal ou descendent via le tractus trijumeau spinal pour synapser dans le noyau trijumeau spinal. Le tractus trijumeau spinal est latéral au noyau et l’axone synapse avec le neurone du second ordre dans le noyau une fois qu’il atteint le niveau approprié. En revanche, le noyau mésencéphalique contient des corps cellulaires de neurones associés à une entrée de traitement liée à la proprioception impliquée dans l’opposition des dents.

Les motoneurones supérieurs commandant les motoneurones inférieurs dans le noyau trijumeau moteur proviennent du cortex moteur. Ils sont transmis bilatéralement aux noyaux moteurs du trijumeau dans les pons (latéraux au noyau mésencéphalique). Ils traversent ensuite le pédoncule cérébelleux moyen (directement adjacent aux fibres sensorielles entrantes) pour émerger des pons moyens pour voyager dans la division mandibulaire du CN V.

Le cinquième nerf crânien est lié à trois noyaux sensoriels et un noyau moteur lié aux muscles de mastication et de sensation faciale. Le tractus et le noyau mésencéphaliques, le noyau sensoriel principal / principal, le tractus et le noyau du trijumeau rachidien et le noyau moteur du trijumeau.

Tractus et noyau mésencéphaliques

Ce tractus et ce noyau se trouvent dans le mésencéphale caudal et les pons rostraux près du gris périaquéductal. Bien qu’il ne soit pas encore entièrement compris, la croyance est qu’il s’agit d’une représentation du ganglion sensoriel primaire — un peu comme le ganglion de la racine dorsale — qui s’est incorporé dans le tronc cérébral au cours du développement embryonnaire. Il est responsable de la proprioception inconsciente qui provient de fuseaux musculaires dans les muscles de la mastication et d’autres muscles de la tête et du cou. Il est donc essentiel dans le processus de réception d’informations sensorielles sur la douleur dentaire, aide à prévenir les morsures excessives qui peuvent casser une dent, reçoit des informations sur la sensation d’étirement des muscles de la mastication et sert de membre afférent du réflexe de réflexe de la mâchoire. Dans ce réflexe, il y a une interaction entre le noyau mésencéphalique et le noyau V moteur. Ce noyau est unique en ce sens que les fibres n’ont pas de corps cellulaire dans le ganglion trijumeau. Au lieu de cela, les fibres afférentes pseudounipolaires des récepteurs d’étirement relaient l’information directement au corps cellulaire dans le noyau, qui est ensuite relayée bilatéralement aux noyaux moteurs du trijumeau, qui projettent de provoquer une contraction du masséter.

Noyau Sensoriel Principal/Principal

Ce noyau se trouve au milieu des pons latéraux au noyau moteur du trijumeau et aux fibres du nerf trijumeau. Il contient des corps cellulaires de second ordre qui se synapse avec les fibres neuronales d’ordre primaire du ganglion trijumeau. Il existe deux divisions de ce noyau: les divisions dorsomédiales et ventrolatérales. La division dorsomédiale reçoit l’entrée uniquement de la cavité buccale, tandis que la division ventrolatérale reçoit l’entrée des trois divisions du nerf trijumeau. Ce fait est important car les fibres neuronales de second ordre véhiculant des informations provenant de la division dorsomédiale forment le tractus trigéminothalamique dorsal (DTTT) et les fibres neuronales de second ordre provenant de la division ventrolatérale se décussent et forment le tractus trigéminothalamique ventral (VTTT). Il est responsable de la discrimination en 2 points, de la proprioception consciente, des vibrations et du toucher fin.

Noyau du trijumeau spinal

Ce noyau est le plus grand noyau du trijumeau et se trouve dans le tégmentum latéral de la moelle épinière et des pons caudaux. Le noyau du trijumeau spinal se déplace à côté du tractus trijumeau spinal. Le noyau du trijumeau spinal est continu avec la substance gélatineuse, tandis que le tractus est continu avec le tractus de Lissauer. Les neurones pseudounipolaires situés dans le ganglion trijumeau reçoivent des informations sensorielles du visage et envoient ces informations au noyau trijumeau spinal où il se synapse avec un neurone de second ordre, qui se projettera vers le thalamus en tant que tractus trigéminothalamique ventral (voir ci-dessous). Ce noyau se divise en trois sous-noyaux: pars oralis (le plus rostral), pars interpolaris et pars caudalis (le plus caudal). Il est important de noter que la somatotopie des trois divisions sensorielles du trijumeau qui alimentent le visage est maintenue dans le noyau du trijumeau spinal. Par conséquent, les informations sensorielles de la face latérale se projettent plus caudalement vers la pars caudalis, le milieu (joue et œil) vers la pars interopolaris et la face centrale (bouche et nez) vers la pars oralis. Les fibres sensorielles restantes qui ne se déplacent pas vers ces deux noyaux se rendront plutôt vers le noyau mésencéphalique (décrit précédemment).

Il est responsable de la douleur, de la température et du toucher brut. La particularité de ce noyau est qu’il reçoit des informations sensorielles des nerfs crâniens VII, IX et X (oreille, langue, pharynx et larynx).

Noyau V moteur

Ce noyau se trouve dans le tégmentum pontin dorsolatéral au milieu des pons, médial aux fibres nerveuses du trijumeau et au noyau sensoriel principal et latéral au noyau mésencéphalique. Ses fibres ne se trouvent que dans la division mandibulaire du nerf trijumeau et reçoivent une entrée bilatérale du cortex.

Voies du système trijumeau

Il y a trois voies principales du système trijumeau; le tractus trijumeau spinal (discuté ci-dessus), le tractus trijumeau ventral et le tractus trijumeau dorsal. Ces voies finissent par se synapser avec les neurones du troisième ordre dans le VPM et continuent jusqu’au cortex sensoriel primaire.

Tractus trigéminothalamique ventral (VTTT)

Ce tractus transmet des informations à la fois du noyau trijumeau spinal et du noyau sensoriel principal. Les afférences somatiques générales sont captées par les disques tactiles de Merkel et les terminaisons nerveuses libres et se déplacent vers l’un de ces noyaux où elles se synapsent avec des neurones de second ordre. Comme indiqué ci-dessus, les fibres neuronales de second ordre forment alors ce tractus. Lorsque les fibres proviennent du noyau du trijumeau rachidien, elles se décussent d’abord, puis forment le VTTT. Ce tractus spécifique transmet rapidement la douleur et la température d’un côté du visage au noyau postéro-médial ventral controlatéral du thalamus (VPM) et finalement au cortex sensoriel primaire. En revanche, les fibres qui synapsent dans le noyau sensoriel principal (c.-à-d. discrimination à 2 points, proprioception consciente, vibration et toucher fin) peuvent décusser et former le VTTT au noyau postéro-médial ventral controlatéral du thalamus, ou elles peuvent monter en tant que DTTT.

Noyau postéro-médial ventral du Thalamus (VPM)

Ce noyau contient des corps de cellules neuronales de troisième ordre et envoie cette information de manière somatotopique via des fibres neuronales de troisième ordre au gyrus postcentral (zones de Brodmann 3, 1 et 2) du cortex sensoriel primaire. De plus, le VPM transmet une douleur lente et sourde à la formation réticulaire controlatérale, qui est ensuite envoyée aux noyaux thalamiques intralaminaires et enfin au cortex généralisé. Comme les fibres parcourent tout le cortex, la douleur qui n’est pas aiguë est souvent diffuse et difficile à identifier. Enfin, les informations liées aux mouvements réflexifs de la tête et du cou sont transmises au tectum controlatéral (colliculus supérieur et gris périductal).

Tractus trigéminothalamique dorsal (DTTT)

Ce tractus ne transmet des informations que du noyau sensoriel principal ipsilatéral (discrimination à 2 points, proprioception consciente, vibration et toucher fin) au VPM ipsilatéral.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.